Sites utilesNetvibesFlux RSSSites utiles


Les écoquartiers

Publié par : My dad  /  Catégorie : Le tiroir du haut

Ecoquartiers : les villes passent au vert !

Un écoquartier, kez’e'ko ? Les premiers écoquartiers européens sont apparus il y a une quinzaine d’années dans les pays du Nord et de l’Est, les quartiers Vauban à Fribourg et BedZED à Londres comptant parmi les principales références en la matière. A cette époque, si on avait demandé à un français ce que pouvait signifier ce néologisme, il aurait probablement répondu « un quart de cucurbitacée vendu en promotion dans la grande distribution » ! Mais, fort heureusement, le protocole de Kyōto est entre temps entré en vigueur. D’autres événements comme le Grenelle de l’environnement ou le Sommet de Copenhague, certes autant de montagnes qui ont accouché d’une souris (verte !), ont néanmoins contribué à éclairer les consciences. Signe des temps, le préfixe éco est aujourd’hui plus souvent employé comme l’abréviation de l’adjectif écologique que de l’adjectif économique (même si les deux ne sont pas incompatibles). Il semblerait donc que le 21ème siècle soit en voie de marquer l’avènement de l’ « Ecoman », super éco-citoyen éco-responsable et éco-certifié, dont le milieu de prédilection serait l’écoquartier !

Wikipedia francophone définit un écoquartier comme « un projet d’aménagement urbain visant à intégrer des objectifs de développement durable et à réduire l’empreinte écologique du projet ». La France, par une politique volontariste, semble vouloir rattraper son retard en la matière. Les écoquartiers y poussent comme des champignons (biologiques ?), les projets foisonnent. La conception française de l’écoquartier recoupe-t-elle pour autant celle de ses voisins européens ? Faut-il y voir une tendance de fond ou craindre un phénomène de mode ?

Read More Lire la suite…

Cités végétales

Publié par : My dad  /  Catégorie : Sous le tapis

Cités végétales

Les Cités végétales de Luc Schuiten sont des écrins de chlorophylle, où monter sur le toit d’un bâtiment, c’est être dans la canopée. Elles évoquent un retour à un état originel, juste et rationnel, dans lequel l’homme est en symbiose avec son environnement. On pourrait penser, en lisant ces lignes, que ses dessins représentent des univers pré-industriels ou préservés des affres de la civilisation moderne, pourtant c’est au cœur de l’espace urbain en l’An… 10000 que l’artiste nous transporte. Regrettant la vision à court-terme (« de la durée d’un mandat ») des décideurs, Luc Schuiten revendique se projeter dans plusieurs siècles, voire millénaires. Il concède un brin d’exagération, mais précise en souriant que c’est « pour mieux marquer les esprits ». A ce propos, dans la préface du livre « Vers une cité végétale »*, Pierre Loze souligne un paradoxe : « Tel qui se rit d’anticipations si lointaines et improbables – mille ans, dix mille ans, est-ce vraiment sérieux ? – accepte et fait entièrement confiance aux enfouissements souterrains pour deux cent mille ans, que nous prépare la science nucléaire. » A méditer.

Read More Lire la suite…