Sites utilesNetvibesFlux RSSSites utiles


Fête de la musique

Publié par : My dad  /  Catégorie : Y en a de partout

Fête de la musique 2010

21 juin, on vous prend par la main pour vous emmener à (roulements de tambour)… la Fête de la Musique ! Bon c’est vrai, rien de très étonnant. Il y a pourtant bien une touche d’originalité dans notre proposition, puisque c’est à la Fête de la Musique libre à Lyon que nous vous convions, une manifestation à l’initiative de la MJC du Vieux Lyon et d’Artischaud, une association visant à informer le public sur l’émergence de l’art libre, c’est-à-dire des œuvres sous des licences inspirées de celles des logiciels libres.

Artischaud

Logiciels libres, art libre, musique libre… Aujourd’hui, ce qui est vertueux doit se parer de qualificatifs pour se démarquer de ce qui est devenu à mauvais escient la norme. Ainsi, la musique libre est à considérer comme une alternative à la musique sans qualificatif, celle des majors, de la SACEM, de la GDN et de l’HADOPI. En fait, un produit. La perversion de ce système est telle qu’il a été jusqu’à pervertir la langue elle-même et l’usage que l’on fait des mots. Alors pourquoi ne pas appeler un chat un chat ? Un simple glissement lexical donnerait d’ailleurs une toute autre perspective sur la question, en opposant la musique libre que l’on appellerait musique (tout naturellement) à la musique esclave par exemple. Ce raisonnement vaut aussi en agriculture où c’est le mode de production pratiqué depuis des millénaires dans le respect de l’homme et de son environnement que l’on qualifie de « biologique » (un terme inapproprié qui véhicule une image péjorative), alors que c’est plutôt l’agriculture conventionnelle qu’il conviendrait d’appeler « agriculture chimique ». Il y a donc une bataille – totalement pacifique – des mots à mener. Qui pourrait se targuer d’écouter de la musique esclave avec un logiciel privateur tout en mangeant une pomme issue de l’agriculture chimique ? Une image pas franchement glamour, il faut bien le dire !

Read More Lire la suite…

Festival Paroles et Musiques

Publié par : My dad  /  Catégorie : Y en a de partout

Festival Paroles et Musiques 2010

Pour sa 19ème édition, le Festival Paroles et Musiques de Saint-Étienne avait convié pendant cinq jours la fine fleur de la scène hexagonale, artistes confirmés ou talents émergents, avec parmi les têtes d’affiches, M, Olivia Ruiz, Diam’s et De Palmas. Nous avons assisté au concert de Yodelice et de Renan Luce, mais comme la vocation de ce blog est de partager des coups de cœur, c’est de la carte blanche à La Limace (L’Association LIgérienne de Musiques ACtuElles), dont nous avons choisi de vous parler. Une des attributions de La Limace, à laquelle la Ville de Saint-Étienne a confié la gestion du Fil, est de contribuer à l’émergence d’artistes ligériens, l’occasion pour My dad is a librarian de faire un zoom sur Brixton, Bach in the days et Alec.

Comme son nom ne l’indique pas, le groupe Brixton vient de Montbrison dans la Loire. Il est donc bien plus probable d’y croiser les membres du groupe que dans la capitale anglaise. Tout comme, il est plus probable de rencontrer à Londres les musiciens du groupe Saint Etienne (c’est bon, vous suivez toujours ?). Ceci précisé, avoir pris le nom de la célèbre salle de concert londonienne est un choix de bon sens. Convenons qu’il aurait été étonnant pour ce groupe de se baptiser « Camping du Surizet » ou « Cinéma Rex ». Il n’y a donc aussi aucun hasard à ce que les influences de Brixton viennent d’outre-Manche. Le groupe délivre une pop enjouée, qui nous transporte dès les premiers accords dans un pub à Piccadilly. Pendant une happy half hour, les musiciens nous ont servi à volonté leurs tubes, car Marie, Sylvain, Mathieu et Xavier ont un réel talent pour composer des mélodies qui font mouche. Pour vous en convaincre, écoutez Two for the show et My favourite nightmare sur leur page Myspace. Seul bémol à ce concert…

Read More Lire la suite…